Serge BRET-MOREL

L’ASTROLOGIE face à ELLE-MEME

PROLOGUE à une RENOVATION de la CRITIQUE de l’ASTROLOGIE

 

Rationalis

 

   Accueil > Rationalis > Sur les fondements traditionnels

 

Le critère technique

La critique de l'astrologie

L'astrologie et la science

Sur les fondements traditionnels

 

Sur les fondements traditionnels

Non, il n’est pas nécessaire d’être rationaliste pour porter un regard critique sur l’astrologie, c’est pourquoi nous proposons ici quelques textes critiques ou autocritiques (selon l’époque à laquelle ils ont été écrits) sur l’astrologie. Ils présentent l’avantage d’un regard de l’intérieur…

 

DOSSIER : Indépendance, diversité, et fonctions cachées des fondements de l'astrologie

1ère partie : Des fondements déconnectés de la pratique

2ème partie : La fonction sociale des fondements de l’astrologie

3ème partie : Quelques conséquences de l’indépendance des fondements et des techniques

 

Sur les conséquences néfastes de la notion d’universalité

Nous proposons au lecteur la discussion critique entamée dans la catégorie Astrologica : la notion d’universalité (ou sympathie universelle) comme néfaste ciment théorique de l’astrologie. La notion d’universalité est en effet devenue insoutenable sur le plan physique, mais il y a pire : elle permet aujourd’hui de composer bien des interprétations astrologiques sans aucune justification autre que tout est relié à tout a priori… elle empêche aussi de formuler naturellement des questionnements plus incisifs sur les fondements de l’astrologie. Elle est probablement en somme, un frein naturel à toute évolution de la discipline malgré son statut métaphysique.

 

On pourra aussi consulter dans les autres catégories de notre site

 

Sur les errements liés à la notion de prévision-prédiction

Sur les coulisses astrologiques de la Présidentielle (2007) écrit à l’origine pour le bulletin trimestriel de la Fédération Des Astrologues Francophones. Ou pourquoi certaines prévisions-prédictions astrologiques doivent cesser.

Notre dossier Terrible changement de millénaire pour l’astrologie française. De belles erreurs de prévision, ou des événements imprévus ont entaché un peu plus l’image de l’astrologie…

Sur les origines de l’astrologie : présages et prévisions : avant le milieu du 1er millénaire avant JC, il est encore impossible de prévoir le retour des planètes, c’est pourquoi la notion de prévision (impliquant le calcul des retours) n’est pas encore possible. Un présage n’est donc pas une prévision, il ne peut donc pas vraiment y avoir « d’astrologie » auparavant…

Crise boursière, et si l’astrologie… n’y était pour rien ? Si après coup l’astrologie boursière réussit toujours à « rendre compte » de telle ou telle variation brutale, qu’en est-il quelques heures, quelques jours ou quelques mois auparavant ? Le tableau semble être beaucoup moins brillant…

NOUVEAU

Horoscopie et publicité : de troublantes (?) similitudes. Il pourrait paraître étrange de comparer les horoscopes de presse aux spots publicitaires, et pourtant nous allons voir que dans leurs formes autant que dans leurs contenus, tous deux présentent bien des ressemblances. Nous émettrons l’idée que si tel est le cas, les formats qu’on leur impose et leurs assises indirectes en sont responsables. Et puis de par la légèreté de leurs ambitions, tous deux pensent être affranchis a priori de certaines critiques…

 

NOUVEAU

Sur le statut de l’interprétation astrologique et la notion de potentialité

Notre dossier Description ou explication astrologique ? revient sur ces questions et propose une liste de bien des habitudes pratiques et théoriques montrant qu’au jour d’aujourd’hui l’interprétation astrologique aurait bien du mal à réclamer plus que le statut de description des événements…

 

Sur la notion de symbolisme astrologique saisonnier 

Voyage aux quatre coins de la planète, les paradoxes de l’astrologie saisonnière

Sur le mythe des origines de l’astrologie

La 1ère partie de l’article Faut-il rénover la critique de l’astrologie ? : alors qu’ils pourraient se servir du mythe des origines de l’astrologie de façon redoutable, les sceptiques eux-mêmes ont en général une vision erronée des origines de l’astrologie, empruntant encore certaines pentes glissantes (que nous dénoncerons par exemple ci-dessous) pour fonder par exemple l’argument de précession des équinoxes.

L’ancienneté supposée des cycles astrologiques : La divination astrale de l’ancienne Mésopotamie ne pouvait donc pas se référer aux cycles astrologiques tels qu’ils sont définis et utilisés actuellement par les astrologues. Le lecteur trouvera ici quelques valeurs différentes et verra comment les cycles astronomiques utilisés par « les Anciens » étaient loin des cycles astrologiques actuels. La notion de tradition astrologique prend encore un coup…

NOUVEAU :

Un dogmatisme des symboles astrologiques ? :cet article paru à l’automne 2004 dans le bulletin La Lettre des Astrologues de la FDAF, pose la question de la sélection des interprétations astrologiques au fil de l’Histoire. L’ancienneté et la stabilité des symboles astrologiques suffisent-ils vraiment pour assurer de la qualité de la tradition astrologique ?

 

Sur la détermination des paramètres interprétables ou non par l’astrologie

On pourra consulter la 4ème partie de notre dossier sur le déclassement de Pluton, Pluton et la critique sceptique : quelques critiques plus gênantes…

 

Sur la question des paramètres techniques traditionnels remis en cause par les découvertes récentes de nombreux planétoïdes de la ceinture de Kuiper

On pourra consulter la 2ème partie de ce dossier Pluton, la future exilée astrologique ?

 

Serge BRET-MOREL
le 27 février 2009
Mise à jour le 22 Août 2009